L’affaire Rohart : le maire, un coupable trop idéal ?

2,90

1967. Au pied des falaises d’Escalles, sur la Côte d'Opale, les gendarmes découvrent le corps de Jacqueline Rohart, épouse d’Armand Rohart, maire de Peuplingues. L'enquête s'oriente rapidement sur la piste de la culpabilité de l'époux lequel a été condamné par la cour d'Assises. Le débat, pourtant, n’a jamais été tout à fait clos. Entretenu par les enfants Rohart, le doute subsiste.
Plongez au cœur de cette affaire locale au retentissement national.

91 en stock

Catégories : , Étiquettes : , , , ,

Description

C’était en 1967. La Ve République semblait enfin bien installée, et personne même à gauche n’imaginait qu’elle vacillerait l’année suivante. Pourtant, la jeunesse américaine s’opposait déjà massivement à la guerre du Vietnam, alors que Che Guevara et Regis Debray filaient un mauvais coton en Bolivie. En France, le général de Gaulle s’opposait à une Angleterre qui, à l’époque, avait très envie d’intégrer la communauté économique européenne (CEE)… Le pétrolier Torrey Canyon libérait une des premières marées noires sur les côtes des Cornouailles.
Mais c’est sur la Côte d’Opale, au pied des falaises d’Escalles, que les gendarmes découvrent le 10 juin le corps de Jacqueline Rohart, épouse d’Armand Rohart, maire de Peuplingues. Il y eut quelques jours de flottement avant que l’enquête ne s’oriente sur la piste de la culpabilité de l’époux. Après tout, comme aiment à le répéter cyniquement policiers, magistrats et journalistes, dans pareil crime, « c’est toujours le mari ». Restait à savoir si l’affaire Rohart relevait de la règle… ou de l’exception. Par deux fois, les jurés d’Assises ont établi la culpabilité d’Armand Rohart. Le débat, pourtant, n’a jamais été tout à fait clos. Entretenu par les enfants Rohart, le doute subsiste. Romanciers et amateurs de polar ont pris le relais, s’emparant d’une galerie de personnages hauts en couleur.
Cinquante ans après, le lecteur ne doit plus s’attendre à une réponse définitive sur le fond, mais à un récit expliquant pourquoi cette histoire a tant marqué les esprits…
Edouard Odièvre




Information complémentaire

Poids 118 g

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’affaire Rohart : le maire, un coupable trop idéal ?”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…