Béthune – Ma ville d’hier et d’aujourd’hui

3,90

95 en stock

Description

En un peu plus d’un siècle, Béthune s’est métamorphosée. En 1870, la petite ville, qui domine son plat pays agricole, est engoncée dans ses murailles médiévales. Elle connaît déjà des transformations spectaculaires : démantèlement des quatre portes, dont il ne reste en 2015 que des bribes de l’une d’elles en contrebas de la rue Saint-Pry, et suppression des courtines qui ont vu passer Mahaut d’Artois, Charles Quint et Louis XIV. Dans le secteur du château apparaissent la place du Jeu de paume et le jardin public. Avant 1914, Béthune s’ouvre à l’industrie et au chemin de fer. Son port enregistre un intense trafic : le charbon artésien chauffe la France entière. La ville se couvre d’estaminets, où s’encanaille la population ouvrière, tandis que la bonne bourgeoisie fréquente le tout récent jardin public et les librairies. La bourgade, lieu de garnison, vit alors au rythme des travaux agricoles, pour la plupart manuels. La Grand-Place est le lieu d’échanges animés lors du marché. Un siècle plus tard, le beffroi n’a pas bougé. Le totem béthunois évoque la permanence. Et pourtant ! La cité de Buridan, touchée au cœur par les bombardements, s’est renouvelée. Des artères sont percées tandis que la périurbanisation engloutit la campagne environnante. Certaines rues sont méconnaissables alors qu’un œil attentif constate la survie de vieux bâtiments : banque de France, prison, sous-préfecture. Mais pas tous : Saint-Vaast et la mairie sont neuves. Le beffroi est libéré de son carcan. Mais le plus grand changement intervient dans la vocation urbaine. La campagne et le bassin minier regardaient vers Béthune. Maintenant, c’est Béthune qui porte son regard au loin : la ville-centre, plus administrative que jamais, est incluse par les géographes dans l’aire urbaine lilloise. Soyez donc les bienvenus.

Informations complémentaires

Poids 150 g

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Béthune – Ma ville d’hier et d’aujourd’hui”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *